samedi 19 août 2017

Take your chance de Kessilya

BMR, 21 juillet 2017 -eBook 322 pages



Ne jamais faire ce que le monde attend de nous. Rester en contact quoi qu’il arrive. Ne jamais, jamais, jamais, sortir avec un mec plus jeune que nous. Les règles que Zoé a établies avec sa meilleure amie sont claires, faciles à suivre. Décidée à profiter de la vie, elle a ajouté une bonne résolution à sa liste : trouver un homme qui lui fera oublier son douloureux passé amoureux et envisager un avenir dépourvu de drames. Mais c’est sans compter avec le retour d’Alec, son premier amour, celui qui l’a quittée sans explications six ans plus tôt. Quand il réapparaît subitement pour solliciter ses services de coach personnel, passé et présent se mélangent... et la vie semble offrir à Zoé une chance d’obtenir enfin les réponses aux questions qui la hantent. Saura-t-elle la saisir ? Et si l’incertitude était moins lourde à supporter que la vérité ?


Si l'intrigue posée dés le début du roman m'a beaucoup intéressée, j'ai très vite été déçue par le déroulement de l'histoire...

Zoé Devreaux est une jeune femme coach personnel spécialisée dans le domaine sportif qui œuvre activement dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer dont son père est atteint. Elle s'en occupe seule depuis le décès de sa mère quelques années plus tôt, ce qui remplit bien ses journées en plus de son emploi. Cette vie un peu monotone lui évite cependant de trop repenser à son passé et notamment à son amour de jeunesse qu'elle n'a jamais oublié : Alec Nolan. De 3 ans son cadet, ils avaient tissé très jeune un fort lien d'amitié jusqu'à se laisser couler vers une relation amoureuse aux 16 ans de Alec. Cette relation, restée secrète à cause de leur différence d'âge, a beaucoup marqué Zoé bien qu'elle fut très rapidement écourtée par la brusque disparition de Alec de la vie de Zoé. Sans explication, le jeune homme a tout fait pour ne plus la revoir, au point de partir faire ses études  aux Etats-Unis.

La surprise de Zoé est donc grande lorsque sans prévenir, Alec revient dans leur ville française, fraîchement diplômé, et qu'il essaie de reprendre contact avec elle en allant jusqu'à faire appel à ses services professionnels. Seulement, Zoé, même si elle désire des explications quant à son départ et leur rupture, semble avoir peur des réponses que Alec pourrait lui apporter… De son côté, Alec est décidé à retrouver son amour d'antan et fait tout pour s'imposer à nouveau dans la vie de Zoé. Mais lui aussi cherche des réponses, concernant sa vie, son enfance, et ces dernières ne lui faciliteront pas sa tâche de reconquête d'amour perdu il y a 6 ans…

Au demeurant, l'histoire générale, les intrigues, les rebondissements me plaisaient beaucoup, malheureusement je me suis très vite ennuyée dans cette lecture : les résolutions des énigmes principales m'ont semblé grossières et trop faciles, la fin précipitée avec l'apparition de nouveaux personnages sans plus d'explication,  des incohérences et moultes questions posées tout au long de l'histoire qui restent sans réponse, comme abandonnées en cours de route.

Je suis d'autant plus déçue que la plume de Kessilya est agréable, les flashbacks bien menés, mais l'histoire en soi ne m'a pas procuré le plaisir et les émotions auxquelles je m'attendais.



Parce que deux avis valent mieux qu'un...


Cyndie ayant déjà fait le résumé du roman, je passe directement à mon ressenti.

Malheureusement, je n’ai pas été conquise par ce premier opus. 
Le personnage de Zoé ne m’a pas beaucoup touchée en dehors de son quotidien difficile. C’est d’ailleurs un point fort du texte car ce que j’ai préféré retrouvé ici, c’est le thème de la maladie. J’ai trouvé cet aspect très crédible et dans ces moments-là, je comprenais la détresse de Zoé, son attachement à son père et son envie de le garder auprès d’elle. A contrario, je suis restée complètement indifférente à sa relation amoureuse avec Alec. Trop de lourdeurs, de monologues intérieurs ont eu raison de moi que ce soit du côté de Zoé ou Alec (on a les deux points de vue) et je me suis très vite lassée de l’histoire, à tel point j’ai fini par survoler des pages pour connaître la fin sans abandonner.
Autre point négatif, la meilleure amie de Zoé qui est le cliché par excellence de la copine dévergondée qui pousse la prude à se lâcher. Je n’ai pas souri à une seule de ses piques portées sur le sexe que j’ai trouvées assez lourdes.
Ce qui m’a aussi déçue, c’est le tournant qu’a pris l’histoire quand on a essayé de nous faire croire à une relation devenue interdite (je n’en dirai pas davantage) alors que je ne suis pas tombée dans le panneau une seule seconde. 

Ensuite, concernant les origines d’Alec je me suis dit qu’on avait cherché la facilité. En fait c’est l’impression que j’ai ressenti en terminant le roman. Tout était finalement trop facile alors qu’on aurait pu sortir des sentiers battus, chercher des rebondissements plus originaux. La réponse apportée est trop facile puisqu’il s’agit de la mère d’un des personnages qui annonce une « évidence qui saute aux yeux » mais pas un seul des parents ne s’en était rendu compte, visiblement.
Quelques questions sans réponses, des incohérences (ou des éléments invraisemblables) : le père de Zoé est le coach d’Alec, ils sont dans la même ville mais ne se croisent pas durant deux ans… possible mais peu crédible vue la relation d’Alec et du père de Zoé, je pense notamment à l’arrivée d’Alec dans leur vie ; comme dit plus haut la ressemblance d’Alec et de son géniteur qui saute aux yeux d’une personne mais pas des autres etc
Ma lecture a donc fini par devenir pénible et j’en suis profondément désolée pour l’auteure car vraiment, elle possède une plume sublime que j’ai énormément appréciée. J’en conclus donc que ce roman n’était simplement pas fait pour moi car Kessilya a un talent certain de narration.
Sans doute suis-je trop exigeante, puisque je me lasse malheureusement du schéma classique de la New Romance. J’aime être surprise, pour moi l’histoire d’amour ne fait pas tout et la sauce ne prend que si des éléments plus percutants se mêlent à la romance.
Autre point que j’ai beaucoup apprécié : il n’y a qu’une ou deux scènes d’amour et si j’aime les passages érotiques, trop de sexe pour combler des pages dessert pour moi l’histoire. Ici, ce n’est pas du tout le cas, c’est très bien dosé et c’est agréable.
Malheureusement, en dépit de ces quelques points forts, les points faibles l’ont emportés sur moi au point que j’aurais abandonné le livre vers le milieu si cela n’avait pas été un service presse. Je n’ai pas réussi à apprécier ma lecture. 

2.5/5 


Chroniques lunaires - Livre IV : Winter de Marissa Meyer

Pocket Jeunesse, 21 avril 2016 - Grand Format 992 pages
Disponible en eBook

On dit que Winter est encore plus belle que la reine Levana... 
La princesse déteste sa belle-mère, qui désapprouve ses sentiments pour Jacin, le séduisant garde du palais. Mais Winter n'est pas aussi faible que Levana le croit. Avec l'aide de Cinder et de ses alliés, elle aurait même le pouvoir de lancer une révolution et de gagner cette guerre qui dure depuis trop longtemps. 
Cinder, Scarlet, Cress et Winter réussiront-elles à battre Levana ? Le conte aura-t-il une fin heureuse ?


Dans quatrième et dernier opus, un beau bébé de presque 1000 pages, tous nos protagonistes sont au rendez-vous. 
Nous entrons au cœur du régime lunaire et, plus que jamais, nos héros sont en difficulté. 
Cette fois, Marissa Meyer revisite, avec grand succès, le célèbre conte de Blanche Neige. Une nouvelle fois, tous les codes sont respectés et nous retrouvons aisément tous ces petits clins d'œil reliés au conte de notre enfance. 

La princesse Winter est célèbre sur toute la Lune pour sa grande beauté. Sa belle-mère, la Reine Levana, la jalouse et malgré les trois cicatrices que porte Winter à la joue - conséquences directes de la jalousie de la reine - sa beauté n'en est en rien altéré. Elle resplendit. Tant par l'éclat de ses traits gracieux que par sa gentillesse sans limites. 
En tant que Lunaire, Winter est munie de pouvoir. Mais depuis son enfance, elle refuse d'y requérir, même si cela l'entraîne inexorablement dans la folie. 
Sa bonté est connue dans tout le royaume et Winter est aimé de tous. Ce qui a le don d'agacer prodigieusement  Levana. 
Winter, qui est peut-être aux portes de la folie, n'en reste pas moins consciente de tout ce qui se passe et l'entoure. Ainsi, elle a choisi son camp : aider  Cinder à reprendre le trône qui lui est dû. 
Pour cela, Jacin, son garde personnel et fidèle ami, sera d'une aide précieuse. 

Ce quatrième opus parle bien évidemment de Winter et Jacin, mais il englobe bien plus de choses que ça, puisqu'il y a une continuité de l'histoire à travers chaque tome. 
Voilà pourquoi Cinder, Kai, Loup, Scarlet, Cress et Thorne ont tout autant d'importance. Et c'est ce que j'ai adoré. Tous nos chouchous sont réunis dans cet ultime acte. 

Cette série est un tel feu d'artifice qui nous enchante et nous éblouit, et ce dernier tome fait office de bouquet final, avec une explosion de rebondissements, une cascade de sentiments, un déferlement d'adrénaline... Pour un plaisir total qui émerveille nos sens. 

En bref ? Marissa Meyer a peint, avec cette série, un univers absolument incroyable et époustouflant qui, à chaque tome, m'a transportée et fait rêver un peu plus.  




Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente :

La maison abandonnée de Joel A. Shuterland

éditions Scholastic, juin 2017, 272 pages, disponible au format papier







Un terrible été qu'ils n'oublieront jamais.
Jacob et ses amis sont résolus à rendre mémorable leur dernier été avant la rentrée au secondaire. Il s'agit peut-être des derniers mois qu'ils passent ensemble puisqu'ils s'apprêtent à prendre des chemins différents. La famille d'Ichiro déménage au Japon alors que Jacob et les jumeaux, Hayden et Hannah, vont fréquenter une autre école. Lorsque les quatre jeunes découvrent une résidence abandonnée sur une île de la communauté de Muskoka, l'été prend une tournure inattendue. La maison cache d'horribles secrets...

Jacob, Ichiro et les jumeaux Hayden et Hannah sont amis depuis l'enfance.
Cet été va être le dernier qu'ils vont passer ensemble : Ichiro et sa famille vont partir au Japon et les jumeaux vont intégrer une autre école que Jacob à la rentrée.

Autant dire qu'ils ont décidé de profiter à fond de cet été ! 

Mais c'était sans compter sur LA découverte !

Jacob et Ichiro découvre une ile sur laquelle se trouve une demeure qui semble à l'abandon.
Sur l'ile, ils ressentent une sensation d'oppression, d'angoisse inexpliqués.
Lorsqu'ils pénètrent dans la demeure, cette sensation ne les quitte pas. 
Ils découvrent une maison à l'abandon : poussière, toiles d'araignées mais totalement meublée.
Les deux adolescents entendent soudain des bruits, des rires d'enfants et une musique.
Terrifiés - on le serait pour moins que ça - ils prennent leur jambes à leur cou !



Mais pour une raison qu'ils ne s'expliquent pas et malgré leur peur, ils se sentent inexorablement attirés par LA maison.
Les ados décident de se rendre à la bibliothèque pour tenter de découvrir le passé de cette demeure et ce qu'ils vont découvrir va les plonger dans une terrible histoire sanglante du passé.

Mais parfois, il vaut mieux laisser reposer d'anciens crimes sous risque de faire apparaitre des fantômes et des forces qu'il aurait mieux valu ne jamais réveiller !!!

Le roman commence tout doucement avec une bande d'ados comme tant d'autres qui rêvent de passer un dernier été inoubliable ... Et pour être inoubliable, il va l'être !!!
Mais très rapidement, l'intrigue s'emballe et le suspense et l'angoisse montent en intensité.
Une intensité qui ira crescendo jusqu'à l'explosion finale !

L'auteur parvient à maintenir un climat d'interrogation et d'angoisse croissante jusqu'au bout !
J'avoue qu'au fur et à mesure, mon palpitant en a pris un coup : les mains moites, des frissons d'angoisse, des sueurs froides, une tension de tous les instants m'ont accompagnée au fil des pages.

Mais les ados ne sont pas prêts à se laisser paralyser par la peur ; c'est leur amitié, leur complicité et leur courage qui vont leur permettre - ou pas - de combattre les fantômes de La maison abandonnée !

En bref, un roman à l'intrigue et au suspense parfaitement dosés qui nous entraine au coeur d'une demeure où fantômes et malédiction règnent en maitre !



http://www.scholastic.ca/editions/livres/view/la-maison-abandonne



http://amzn.to/2vMfkWr

vendredi 18 août 2017

Volatilisés de Liam Fost

Rebelle Éditions, 25 mai 2017 - Grand Format 202 pages
Disponible en eBook

À son réveil, Matthew s’aperçoit que quelque chose ne va pas. Il sort de chez lui et se rend compte qu’il est seul, que tout le monde a disparu. Tout lui paraît différent, ce Nouveau Monde semble être un patchwork de celui qu’il connaissait... Où se trouve-t-il réellement ? Pourquoi est-il là ? Les personnes qu’il va rencontrer pourront peut-être l’aider, mais seulement le voudront-elles ?
S’il souhaite s’en sortir, Matthew devra s’adapter à un nouvel univers, ainsi qu’à ses règles.

Depuis sa sortie, ce livre m'attire, pour trois raisons :  tout d'abord, sa couverture, sombre et intriguant ; ensuite le résumé, qui pique notre curiosité et, pour finir, ce roman est un coup de cœur éditorial. Donc je ne voulais surtout pas passer à côté. 

Imaginez, vous réveillez un matin et tout le monde a disparu. Les voisins, les amis, les parents... il n'y a plus âme qui vive. 
Vous sortez voir ce qu'il en est et découvrez qu'il n'y a plus ni électricité ni eau courante. Que sortie de votre quartier, vous ne reconnaissez plus rien. Les routes, les immeubles, tout a  été modifié dans un patchwork qui n'a aucun sens.

Que s'est-il passé ? Où sont  passés tous les gens ? Quel est ce monde étrange dans lequel vous évoluez ?Est-ce un univers parallèle ? Une autre dimension ? Ou tout autre chose ?

C'est ce que se demande Matthew, un jeune homme de 29 ans. Un matin, il se réveille et tout a changé. Tous ses repères sont chamboulés et les habitants ont disparu. 
Après deux jours d'errance, à ne rien comprendre à ce qu'il lui arrive, il découvre une petite fille, Emily, âgée de 8 ans, prostrée chez elle. Elle aussi vit le même cauchemar éveillé que Matthew. Toute sa famille s'est volatilisée. Mais, à la différence de Mathew, elle dit être seule depuis plus de 4 jours. 
Matthew prend alors la petite fille sous sa protection. 
Rapidement, ils vont s'apercevoir qu'ils ne sont pas si seuls que ça. D'autres personnes sont dans la même situation que la leur. Certains même depuis beaucoup plus longtemps qu'eux... 
Mais le plus inquiétant est encore le comportement violent  et irrationnel de quelques individus..

Ce roman est un véritable page turner. Plus l'on progresse dans le récit et plus celui-ci devient addictif et passionnant. 
À chaque réponse apportée, de nouvelles questions surgissent. C'est un livre qui se dévore et qui nous accapare complètement. Nous sommes en totale immersion, plongés dans cet univers suffocant, étrange et déconcertant. 
Le suspense reste entier jusqu'au dénouement final. 
Le scénario est efficace et vraiment bien amené, et découvrir ce qui se trame réellement dernière tous ces mystères est un vrai régal. Je ne m'attendais pas du tout à ce résultat et si le dénouement est un poil trop facile, on se  laisse porter malgré tout par cette incroyable histoire. 

En bref ? Un roman qui nous tient en haleine de bout en bout. Addictif, et surprenant.



La fille sous la glace de Robert Bryndza

France Loisirs éditions, 512 pages, disponible au format papier






La glace a immortalisé sa jeunesse, sa beauté… et son mystère : qui était vraiment Andrea ? Victime ou manipulatrice ?

Encore marquée par la mort en service de son mari, l’inspectrice en chef Erika Foster découvre son nouveau poste dans un commissariat de Londres. Premier jour, première affaire et non des moindres : le corps d’Andrea Douglas-Brown, fille d’un riche industriel, a été retrouvé dans le lac gelé du Horniman Museum de Forest Hill. Que faisait la jeune femme mondaine dans ce quartier mal famé ?
 
Effondrée par la disparition d’Andrea, sa famille semble pourtant redouter ce que l’enquête pourrait dévoiler d’eux. Hasard ? Vengeance ? Crime passionnel ? Pour faire éclater la vérité, Erika Foster devra faire la lumière entre règne des apparences et sombres secrets.



Erika Foster travaille ppour la police britannique en tant qu'inspectrice en  chef.
Suite à une mission dont elle avait la responsabilité et qui a tourné au drame - provoquant la mort de 5 de ses collègues dont son propre mari, Mark - elle se retrouve en charge d'une nouvelle affaire après sa convalescence - car elle avait été également blessée.

Le corps d'Andrea Douglas-Brown, la fille de l'illustre Lord Douglas-Brown, richissime homme d'affaires, aux multiples connaissances haut placées, a été retrouvé dans un lac gelé.
La jeune femme a été agressée, étranglée et son corps jeté dans le lac (avant qu'il soit gelé, bien sûr !!!!)


Erika a ses méthodes bien à elle pour mener les investigations ce qui n'est pas du goût de tout le monde et surtout pas du père d'Andrea qui semble vouloir davantage préserver sa réputation et son image que d'aider à l'identification du coupable.

D'ailleurs, suite à son intervention, l'affaire a été retirée à Erika mais elle continue malgré tout ses recherches
Lorsqu'elle se fait attaquer chez elle et presque tuée, Erika SAIT, elle SENT qu'elle s'approche de la vérité et qu'elle devient une menace pour le meurtrier.
Le passé trouble d'Andrea va révéler l'image de jeune fille loin d'être aussi BC-BG que tout le monde pensait.

Erika, sous ses aspects froid et un abord plutôt abrupt, est un bon flic, excellente même.
Mais suite au décès de son époux dont elle se sent responsable, elle n'est plus que l'ombre d'elle-même.
Cette nouvelle affaire va lui permettre de retrouver un but : découvrir et arrêter le coupable.
Son franc-parler, ses méthodes d'enquête, son "mépris" pour les ordres, son opiniâtreté, son entêtement font d'elle une personne que l'on aime ...ou pas !
Malgré tout, elle parvient à gagner le respect de son équipe par son sérieux et son implication dans son travail.
Une équipe qui continuera à l'aider et à travailler avec elle même lorsqu'elle sera mise sur la touche.

On pourrait comparer Erika a un chien qui s'accroche à son os et ne le lâche plus !


Elle fait un peu pareil avec les suspects ! 
Lorsqu'elle en tient un, elle le cuisine jusqu'à ce qu'il craque et ma foi, cette méthode lui réussit plutôt bien ! 

En bref, un roman dont l'intrigue nous passionne, qui nous permet de suivre pas à pas un enquête qui va se révéler particulièrement passionnante ! Jusqu'au bout, le suspense reste total et ne nous laisse pas ... de glace 😉 ! 
Je ne me suis pas doutée une seconde qu'elle ou qu'il pouvait être le coupable !
Une vraie réussite !

Et lorsque l'auteur nous confie qu'un second tome devrait voir le jour, je n'ai qu'une hâte : le lire au plus vite !


http://www.franceloisirs.com/thrillers/la-fille-sous-la-glace-fl00947034.html
 

jeudi 17 août 2017

Follow me T3, Dernière chance de Fleur Hana

Hugo Roman, 15 juin 2017 - Grand Format 379 pages
Disponible en eBook

" Peut-être même que je vais te demander de m'épouser. Tu m'épouserais ? " 
Le souci de Sofiane, c'est que personne ne le prend jamais au sérieux. 
Le souci d'Audrey, c'est qu'elle prend toujours tout trop au sérieux. 
Ou peut-être qu'en réalité, c'est juste une image. C'est parfois plus simple d'ignorer ce que la vie place sur votre chemin... Jusqu'à vous retrouver face à une dernière chance. 
Leur dernière chance. 

Ce dernier tome de Follow me est consacré à Sofiane  Dalmasso et Audrey Chevalier, les deux autres colocataires de cette joyeuse bande d'infirmiers. Ils vivent donc avec Ange (qui n'est plus censé vivre là... mais qui squatte quand même la baraque avec Lise) et Anthony. 
Depuis l'arrivée d'Audrey dans leur groupe, soit 5 ans, Sofiane est amoureux d'elle. Mais il préfère taire ses sentiments, sachant pertinemment qu'il n'est pas à la hauteur des critères de d'Audrey. 
Depuis lors, ils sont à la fois complices, chiens et chats, meilleurs amis, etc... et leurs échanges sont toujours colorés. Sofiane ne pouvant s'empêcher de la taquiner. 
Il faut savoir que Sofiane et Audrey n'ont quasiment rien en commun. 
Lui est tatoué de la tête aux pieds, il a le crâne rasé et bien souvent, il a le comportement d'un enfant de 5 ans, même s'il en a 26. Il est sûr de lui, grande gueule, impressionnant et adore embêter les autres, surtout Audrey. 
Elle a presque 30 ans, elle est timide, sérieuse et assez psychorigide. Elle porte des cols Claudine et a établi une liste des critères du mec parfait (bien loin de la représentation de Sofiane). Elle douce, altruiste et ne ferait pas de mal à une mouche. 
Bref, ce couple paraît totalement improbable et pourtant... Il suffit d'une phrase lancée en rigolant (ou pas) pour que les sentiments se dévoilent... mais à quel prix ? 
Dans cette histoire rien n'est simple et Sofiane et Audrey devront déplacer des montagnes pour former le couple dont ils rêvent. 
Mais seront-ils à la hauteur ? Auront-ils les épaules suffisamment larges pour affronter les épreuves qui les attendent ? 

Cette romance est bien moins légère qu'elle n'y paraît de prime abord. Si l'humour est toujours présent grâce à des dialogues pétillants, l'histoire prend en profondeur au fil des pages. Sans tomber dans le mélo, elle est tout de même éprouvante et traite d'un sujet délicat, rarement abordé dans une romance. 
La relation entre Sofiane et Audrey est étrange et atypique. Ils se pouillent autant qu'ils s'aiment. Les conflits sont nombreux et j'avoue avoir pesté un nombre incalculable de fois face à leur comportement. 
J'ai eu beaucoup de mal avec Audrey (du moins au départ), car je la trouvais garce, lunatique et... garce ! J'avais beaucoup de mal à voir sa gentillesse, tant elle déconnait. Mais, mais, mais... par un fabuleux retournement de situation, l'auteure nous fait revoir notre jugement et poser un regard nouveau sur cette héroïne si particulière. 
Au final, tour à tour, j'ai soutenu Audrey ou Sofiane, prenant le parti de l'un ou de l'autre. 

Avec cette romance, on peste, on rage, on crie et on sourit, on vibre, on aime. 

Je regrette juste une chose, c'est que le héros, dont le prénom est d'origine arabe, ne le soit pas lui-même. C'est trompeur et j'avoue que j'ai été déçue. La romance manque souvent de diversité, dommage...

En bref ? Une romance épique qui nous en fait voir de toutes les couleurs. 

Cliquez sur l'image pour accéder aux chroniques précédentes

mercredi 16 août 2017

Timothy Blake: La Mort en Heritage de Bridget Page

Auto-édition, 2 juillet 2017 - Grand Format 412 pages
Disponible en eBook


Depuis longtemps fasciné par les sociopathes, Gildas Gabin a obtenu un certificat de Sciences Criminologiques avant d’intégrer la Police. Confronté très rapidement à une affaire de meurtres en série, ses connaissances, conjuguées à des capacités sensorielles hors norme, lui ont permis de se bâtir une réputation qui l’amène désormais à intervenir aux quatre coins de l’Europe. C’est dans ce cadre que l’on fait appel à lui pour résoudre une série de meurtres sur La Rochelle, une ville reliée au pire de ses souvenirs et au plus cuisant de ses échecs. Timothy Blake est officiellement infirmier anesthésiste intérimaire. C’est du moins ainsi qu’il apparaît à sa femme, Rachel. Mais la réalité est tout autre. Tim a des besoins très particuliers et un hobby peu commun : il tient de son père un lourd héritage qu’il s’efforce de perpétuer, y travaillant sans relâche depuis bientôt dix ans. Désormais, Tim se sent prêt à voler de ses propres ailes, quitte à se dédouaner des consignes paternelles, à surfer sur les vagues de la décadence, à repousser les limites de la cruauté, mais aussi celles de sa propre jubilation… Timothy Blake nous entraîne au cœur de sa sordide passion, tandis que Gildas Gabin s’efforce de débusquer l’« artiste » et de stopper l’hémorragie. Privé de ses aptitudes si particulières, hanté par un spectre qui obscurcit son jugement, il lui faudra résoudre l’énigme de son passé pour mettre le point final à la série sanglante qui terrorise La Rochelle. Entre haine et fascination, les deux hommes se lancent dans une course-poursuite qui les mènera au plus intime secret de l’autre, les faisant basculer dans un affrontement personnel irréversible dont la mort pourrait s’avérer l’ultime issue.


Gildas Gabin est criminologue et capitaine de police. Il a toujours été fasciné par les sociopathes. Ses "capacités" exceptionnelles lui ont déjà permis de résoudre de nombreuses enquêtes. Ce sont ces succès que le capitaine a récolté un peu partout en Europe qui ont poussé ses supérieurs à l'envoyer à La Rochelle pour résoudre une enquête particulièrement épineuse. Un tueur en série sévit.

Timothy Blake est un infirmier anesthésiste intérimaire. Du moins, en apparence. Timothy n'est pas celui que sa femme Rachel croit. Il s'adonne à un hobby un peu particulier qu'il a hérité de son père.

Une course-poursuite s'entame entre les deux hommes. La seule issue semble être inéluctablement la mort.

Cette histoire, une fois débutée devient une véritable addiction !
 L'alternance des points de vue entre le capitaine et Timothy nous tient en haleine. Les événements s'enchaînent les unes plus incroyables que les autres.
Chaque meurtre est d'un réalisme qui laisse pantois. Chaque personnage possède une personnalité différente.
C'est une plume fluide et expérimentée qu'on découvre dans cette histoire. 
Ce qui est troublant dans ce roman c'est la précision de chaque détail. On sent un vrai travail de recherche.

Ce fut un véritable coup de cœur !